Alice S

Peintre aquarelle

Angoulême

Biographie de l’artiste

Après un bac spécialisé en arts appliqués à l’île de la Réunion, et une licence aux Beaux-arts d’Angoulême (EESI), Alice est actuellement étudiante en cinéma d’animation à l’EMCA (école des métiers du cinéma d’animation d’Angoulême). Venant d’une île tropicale, son travail à toujours été inspiré par l’univers colorés de ce lieu. Pouvoir s’exprimer et expérimenter grâce à différents outils de productions comme: la peinture, le dessin, la sculpture ou encore bien sûr le cinéma d’animation… a toujours été important dans ses différentes réalisations. Dans ses travaux, elle s’intéresse aux modifications créée par la mémoire, certains souvenirs n’étant plus que des taches de couleur, les travaux qui en résultent sont souvent à la limite de l’abstraction et du surréalisme. Celle-ci s’intéresse également à la représentation du corps féminin, et aux différents complexes développés par les femmes au fil des âges. En essayant de mettre en valeur des physiques différents, de montrer une réalité et affirmer que c’est dans cette réalité de physiques variés qu’est la réel beauté et non dans des représentations standardiser, vu dans  les publicités, les médias, le cinéma, la mode… Le cinéma d’animation lui permet de partager et de communiquer ses idées, par un biais plus poétique et artistique. La force du mouvement donnant vie a des personnages et un univers personnel, pouvant être lu par tous. Cette année c’est la peinture sur textile sur lequel elle a jeté son dévolu, ou plus exactement sur chaussette ! Celles-ci sont made in France et peint à la main. Le but étant d’avoir une meilleure qualité de produit, une emprunte carbone plus faible, et un respect des droits du travail. En donnant de la qualité à nos vêtements, les propriétaires ne ressentiront peut-être plus le besoin de consommer autant. L’industrie du textile étant l’une des plus polluante, dû à la quantité d’eau, au nombreux produits chimiques utilisés pour les couleurs, aux différents pays dans lesquels ceux-ci voyagent afin d’y effectuer les différentes étapes de fabrication, il est urgent de favoriser les production local. Sans parler bien sûr des conditions de travail extrêmement précaires dans lesquelles sont réalisés nos vêtements de tous les jours.

 Favorisons la qualité à la quantité !

SES OEUVRES

SON UNIVERS

Corail
75,00

L’abricotier
45,00

Après un bac spécialisé en arts appliqués à l’île de la Réunion, et une licence aux Beaux-arts d’Angoulême (EESI), Alice est actuellement étudiante en cinéma d’animation à l’EMCA (école des métiers du cinéma d’animation d’Angoulême) Venant d’une île tropicale, son travail à toujours été inspiré par l’univers colorés de ce lieu. Pouvoir s’exprimer et expérimenter grâce à différents outils de productions comme: la peinture, le dessin, la sculpture ou encore bien sûr le cinéma d’animation… a toujours été important dans ses différentes réalisations. Dans ses travaux, elle s’intéresse aux modifications créée par la mémoire, certains souvenirs n’étant plus que des taches de couleur, les travaux qui en résultent sont souvent à la limite de l’abstraction et du surréalisme. Celle-ci s’intéresse également à la représentation du corps féminin, et aux différents complexes développés par les femmes au fil des âges. En essayant de mettre en valeur des physiques différents, de montrer une réalité et affirmer que c’est dans cette réalité de physiques variés qu’est la réel beauté et non dans des représentations standardiser, vu dans  les publicités, les médias, le cinéma, la mode… Le cinéma d’animation lui permet de partager et de communiquer ses idées, par un biais plus poétique et artistique. La force du mouvement donnant vie a des personnages et un univers personnel, pouvant être lu par tous. Cette année c’est la peinture sur textile sur lequel elle a jeté son dévolu, ou plus exactement sur chaussette ! Celles-ci sont made in France et peint à la main. Le but étant d’avoir une meilleure qualité de produit, une emprunte carbone plus faible, et un respect des droits du travail. En donnant de la qualité à nos vêtements, les propriétaires ne ressentiront peut-être plus le besoin de consommer autant. L’industrie du textile étant l’une des plus polluante, dû à la quantité d’eau, au nombreux produits chimiques utilisés pour les couleurs, aux différents pays dans lesquels ceux-ci voyagent afin d’y effectuer les différentes étapes de fabrication, il est urgent de favoriser les production local. Sans parler bien sûr des conditions de travail extrêmement précaires dans lesquelles sont réalisés nos vêtements de tous les jours.

Favorisons la qualité à la quantité !

SES OEUVRES

Corail
75,00

L’abricotier
45,00

SON UNIVERS

VANGART

Mon panier

Aucune oeuvre dans votre panier

0