USD, $
  • EUR, €
  • USD, $
  • GBP, £
WOOCS v.2.3.5

Lady.K

WRITTING | GRAFFITI | URBAN ART

Lady.K X VANGART

Lady K est une graffeuse française reconnue pour sa maitrise du writing et ses tags colorés qui interrogent l’espace urbain. En quête de nouveaux supports, l’artiste polyvalente a fait le choix de s’associer à la galerie textile VANGART pour confectionner une broderie d’art à son image.

L’oeuvre textile Green and purple, 2021 est confectionnée au sein des ateliers lyonnais de VANGART selon un savoir-faire artisanal. Une réalisation sur-mesure qui aura nécessité près de 261 197 points de broderies et limitée à seulement 5 exemplaires. Chacune des productions est signée par la main de l’artiste et garantit par un certificat NFT.

Lady.K

Green and purple, 2021

40 x 40 cm – 900€

Broderie sur toile 100% coton

Edition limitée à 5 exemplaires

Biographie

France | Née en 1978 |     Artsite confirmée

 

La street-artiste Lady K est née en 1978 dans la région parisienne. Ayant grandi dans un environnement artistique avec un père sculpteur, un oncle spécialisé en aréographie et un grand-père photographe, Lady K s’intéresse à l’art dès la primaire. Plongée dans la période hip-hop, c’est durant son adolescence, dans les années 90, qu’elle dessinera ses premiers lettrages à l’aide de marqueurs puis à l’acrylique tout en s’essayant à la bombe. À ses débuts, Lady K s’inspire principalement du surréalisme, de l’impressionnisme et du dadaïsme avant de transiter à l’art de la rue.

Rapidement, la street-artiste a su s’imposer dans un milieu très masculin et se faire remarquer par le cercle du graff féminin pour finir par être considérée comme l’une des meilleures gaffeuses de France. Son pseudonyme Lady K renvoie justement à la place de la femme qui, depuis peu, parvient à se faire un nom dans les domaines de la science et de l’art occupés majoritairement par des hommes.

Lady K définit son propre style en s’inspirant de la calligraphie anglaise additionnée aux signes utilisés en sciences. Son travail tend à démontrer une certaine porosité entre l’art et la science, entre la culture populaire et savante. Ainsi, elle impulse une nouvelle esthétique au writing et fait entrer l’écriture dans le champ des arts visuels.

L’artiste plasticienne souhaite sortir de la calligraphie agressive et pointue ; elle ajoute à ses lettres une touche de féminité en privilégiant la courbe afin de véhiculer un sentiment de douceur et de bonheur. Le choix des couleurs et des éléments va également dans ce sens.

Lady K est réputée pour son style mais pas seulement, ses actions filmées où on la voit en talon, sac de luxe à la main, accompagnée de ses marqueurs ou ses sprays, détonnent. Une façon de créer une dualité entre anonymat et personnage excentrique, une pratique assez fréquente dans le writing.

Son intérêt pour le writing provient de la nature démocratique de l’art urbain qui parvient à bousculer les repères et les règles sociales à travers la modification de l’environnement. Cette pratique permet, selon elle, de nourrir un engagement politique et féministe et de s’inscrire dans une posture « reconstructiviste ».

À travers son art, Lady K cherche à établir un dialogue avec son public et véhiculer des variables émotionnelles. Également en quête d’harmonie, Lady K recherche l’équilibre des formes dans ses lettres de façon à ce qu’elles se répondent de façon cohérente les unes aux autres. Une manière pour elle de se les réapproprier à des fins personnelles et ainsi permettre l’innovation.